Toutes les expositions - Salon Photo de Riedisheim

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Toutes les expositions

Archives > 2009
 

Nos Invités d'Honneur

Philip Plisson
La mer avenir de la terre
Exposition
Cité Hof
Conférence / Samedi 21 mars 2009 / 20h30 / La Grange

Né le 17 janvier 1947, Philip a été élevé sur les bords de la Loire entre Beauce et Sologne.
A l'âge de 4 ans, il découvre La Trinité sur Mer. Son père, Paul Plisson, créé en 1957 le Cercle de la Voile du Centre qu'il présida pendant 30 ans. Philip apprend très tôt à naviguer dès à bord d'un Moth. Puis il barre en compétition des dériveurs : comme le Mousse, le 420 et surtout se passionne pour le 5O5, il en usera 4.

Voir plus de détails



Uwe Ommer
Travaux Domestiques
Exposition Crédit Mutuel

1000 familles
Exposition Parc Wallach

Conférence
/ Samedi 28 mars 2009 / 20h30 / La Grange (voir les rencontres)
Stage charme et nu / Dimanche 29 mars 2009 (voir les stages)

Uwe Ommer est né en Allemagne en 1945. Passionné de photo depuis son plus jeune âge, il est le lauréat du premier prix Jeune Photographe à la Photokina de 1962.

Il est installé à Paris depuis de nombreuses années et est connu dans le monde entier pour son travail dans la mode et la publicité.

Voir plus de détails


GAGNEZ un tirage original numéroté des "Travaux Domestiques"
Visitez l'exposition d'Uwe Ommer.
Répondez à quelques questions simples.
Déposez le bulletin dans l'urne.
Vous gagnerez peut-être.


Le Concours International et les Juges

Les Photos du Concours International
Centre Culturel

Ce concours est le coeur de notre manifestation depuis ses débuts en 1987. A travers les 400 photos exposées, il nous permet de présenter à Riedisheim la fine fleur de la production photographique des amateurs du monde entier. Cette sélection, issue des quelques 3000 photos reçues de 45 pays, est le fruit du travail des 3 juges internationaux :
Suzanne LARUELLE EFIAP (Belgique)
Kurt BADER AFIAP (Suisse) et
Jean-Daniel LEMOINE MFIAP (France).

Chers visiteurs, ces exemples ne vous donnent-ils pas envie de participer vous aussi à ce concours ? A l’année prochaine donc. Nous l‘espérons !

Voir les lauréats N&B

Voir les lauréats couleurs



Juge 1 - Suzanne Laruelle (Belgique) - EFIAP
Paysage et Nature
Centre Culturel - Allée Droite


Voici un thème cher à Suzanne et qui ne manquera pa s d'émouvoir. Le paysage comme source de sérénité et de réfléxion.


Juge 2 - Kurt Bader (Suisse) - AFIAP
Peinture
Allée Droite


Pendant de nombreuses années j'ai été un passionné du noir & blanc. Ce sont surtout les techniques de laboratoires qui me fascinaient avec toutes les possibilités de bidouillage. (les encres azurées ou les virages, par exemples.

A côté d'images individuelles j'aime également réaliser des séries. Ma préférence va au nu.

Depuis un an je m'intéresse à la photographie digitale et suis très ouvert aux nouveautés.




Juge 3 - Jean-Daniel Lemoine (France) - MFIAP
Pixochromographies
Centre Culturel - Allée Droite


Inclassable au sein même de la Fédération Photographique de France, Jean-Daniel Lemoine est autant à l’aise dans l’analyse d’images ou les jugements photo que dans l’impression grand format et même dans l’univers du panoramique puisqu’il a, en effet, remporté en 2006 le Grand Prix d’Auteur de la FPF, la plus haute distinction fédérale.

Poursuivant inlassablement des recherches qui lui valurent le Grand Prix de la Créativité en 2003, il revient ici avec une nouvelle série, les « Pixochromograhies ». Il y mélange habil ement le rendu de la peinture à la photographie grâce à des effets qu’il a lui-même mis au point et qui tirent le meilleur parti des nouvelles techniques de création d'images.

Devant ses « toiles », qui sont des impressions jet d'encre, on ne peut rester insensible à la vision toute contemporaine qui marque cette démarche.



La semaine photo fait la part belle à de jeunes photographes

Les jeunes talents doivent trouver l'occasion de s'exprimer et de rencontrer le public. C'est aussi une des priorités de la semaine photo : donner une tribune à de jeunes photographes. Nous en avons sélectionné quatre. donnez-vous cette chance de les découvrir.

Jacques Lopez
Quand elle se fait rare
Temple protestant

Jacques pratique la photo depuis quelques années, depuis qu'il développe un peu plus son intérêt pour les arts graphiques.
Son travail passé est avant tout un exercice technique, de travail de la lumière dans sa plus simple expression, c'est-à-dire quand elle se fait rare : la nuit, ou dans des lieux clos.
Étonné par le rendu précis du chaos que l’on peut observer dans la rue la nuit, il s’engouffre dans cette voie. Le sombre, le noir, et le blanc surgissant de nul part, mais malgré tout taché et souillé. Les parkings, un endroit de prédilection, les lumières froides, néons, lampadaire, autant de spot sur une toile morne mais malgré tout contemporaine.

Conjointement aux parkings et leur linéarité satisfaisante. Son travail sur la lumière l'a tourné naturellement vers l’eau, et parfois la fumée. La proximité de l’eau l'a enchanté, mais encore plus son caractère immanquable et changeant, il en va de même dans le cas de la fumée pour son irrégularité souple, fascinante.
Peu à peu il s'est rendu compte de l’opposition constante que fait l’Homme à la nature ainsi que la nature à l’Homme. C’est pour cela que son travail va s’attacher à démontrer cette opposition.
Grâce à différents moyens, l’observation des animaux, des arbres, de nos habitudes, de nos attitudes.
Ce travail portant sur la confrontation Homme/Nature, en photo, est avant tout un départ, un échauffement, une recherche pour développer un ensemble de support traitant de ce sujet, des sculptures, des œuvres peintes, des dessins au crayon. Tout cela dans le but de démontrer, et bien entendu de faire réagir.


Jennifer Bruget
Autoportrait : la femme dans tous ses états
Temple protestant

J'ai été prise par la passion de la photo très jeune et j'ai décidé de consolider celle-ci par la technique, apprise dans différentes écoles de Beaux Arts,  au travers de rencontres fortuites avec des photographes artistes, par des lectures, sans oublier une touche autodidacte, afin de m'exprimer par un travail d'Autoportraitiste.

J'ai fait le choix d'être mon propre modèle. Je m'attèle ainsi à créer des images chargées symboliquement pour provoquer chez le spectateur un questionnement sur la femme face à la nature et la société.
Mon imaginaire est celui des contes de fées et du monde du cirque. Par ailleurs mes montages photographiques, en diptyques, sont une réflexion sur ma perception de ce monde, de ses codes et de ses réalités. Un phénomène en deux temps, car d'une part je laisse percevoir mon univers subjectif, et celui-ci est confronté à la réalité.




Gaëlle André
Le monde des copines
Temple protestant

J'ai 17 ans et j'ai toujours aimé prendre des photos. Petite fille j'avais un vieux réflex argentique avec lequel je mitraillais tout et n'importe quoi. J'ai appris à développer mes images au labo du lycée (Lycée Montaigne Mulhouse). A 14 ans j'ai reçu un compact et cela a changé ma façon de photographier. Inscrite sur DeviantArt, j'ai reçu de nombreuses critiques positives sur mes travaux, ce qui m'a encouragé à persévérer.

Doisneau et Cartier-Bresson sont des photographes exceptionnels que j'adore mais j'aime également les photos plus légères où l'on voit un modèle dans un joli décor. Je suis attiré par la photographie glamour et je veux montrer la beauté féminine qui ne doit pas forcément être conforme à l'image que la société veut en donner. Ainsi mes modèles sont jolies sans avoir forcément les mensurations des tops modèles. Le monde des copines est celui où j'évolue avec le plus d'aisance car nous avons entre nous une grande intimité.

Aujourd'hui je travaille avec un réflex numérique Nikon.


Coralie Lemonnier
Expression
Temple protestant

Je suis née à Rouen le 14 septembre 1990. Je poursuis mes études au lycée Louis de Bettignies à Cambrai en terminal CAP Photo.

Lorsque j'avais huit ans, j'ai eu location de développer une pellicule d'appareil photo jetable dans un labo argentique accompagnée par des professionnels ; c'était ma première expérience photographique. Vers l'âge de seize ans je suis rentré dans un club photo (le GPRV à Verdon), où j'ai commencé à participer à des concours ainsi qu'aux activités numériques et au studio, activités proposées mon club. J'ai alors obtenu mon premier reflex numérique, un EOS 400D.

L'année qui à suivi j'ai été acceptée au lycée professionnel Louis de Bettignies en CAP Photo. L'art du studio me fascine. Je voudrai en faire mon métier … pour ne jamais avoir l'impression de travailler.


Les invités de la Fédération Photographique de France

Les talents ne manquent pas au sein de ce regroupement de photographes. Nous avons choisi deux dignes représentants. Deux styles différents mais à chaque fois une forte maitrise de la technique, un sens évident de la recherche et une créativité sans limites.  

Alastair Magnaldo
Rêveur d'images
Eglise Jean XXIII

Il s'agit vraisemblablement du plus créatif des photographes de la FPF (Fédération Photographique de France). Chacune de ses images met en scène des réminiscences issues du monde de l'enfance mais où l'on découvre également des archétypes universels. Ainsi ressentons-nous également devant ces "scènes étranges" la peur de l'inconnu, l'angoisse de l'obscurité, l'absence d'une personne sécurisante dans un environnement hostile…
Oui la vie est souvent effrayante pour les plus petits. Mais le rêve continue car les enfants sont seuls, avec les artistes, capables de percevoir les choses comme elles devraient l'être. Georgio di Chirico n'est pas très loin et le souffle de sa métaphysique plane sur nous.

Alastair Magnaldo nous plonge dans une vision onirique de la photographie. Le charme agit instantanément car on oublie aussitôt l'immense travail et la maîtrise parfaite de la technique qui se cache derrière chaque image pour ne plus garder que les interrogations que nous avions étant enfant, dont la plus importante : "Et si, après tout, le monde n'était pas ce qu'il semble être… "


en voir plus sur www.almagnus.com



Marie-Jeanne et Jean-Pierre Fautrès
Atacama
Eglise Jean XXIII

Amateurs de grands voyages que nous organisons nous-mêmes, par plaisir et pour la liberté que cela nous apporte, nous disons souvent qu'à chaque voyage nous le faisons trois fois : une fois en préparant le périple, une fois pendant le voyage lui-même et une fois en regardant les images ramenées et en préparant des expositions.

Nous avons choisi cette année le désert de l'Atacama - situé au nord du Chili à la frontière bolivienne - pour la diversité de ses paysages, régal des photographes.
Après plusieurs participations aux salons et aux vernissages de la Semaine de la Photo de Riedisheim, nous avons eu la chance en 2008 de participer au stage photo panoramique animé par Arnaud Frisch. Stage que nous avons pu mettre en application un mois après. En voici le résultat : des étendues rocheuses à perte de vue, une terre craquelée, des volcans aux cimes enneigées, des lagunes minérales irréelles et des salars habités par de délicats flamants roses.

De-ci, de-là, surgissent de mystérieux geysers, de douces dunes de sable ocre ou de petites oasis dans des paysages lunaires. Un autre monde à la beauté sauvage où les couleurs explosent, ici, ce qui rend toute chose vraiment étrange, c'est un fabuleux silence et l'impression d'un espace sans limite.


Thierry Ursch
Beauté Féminine
La Ruche

Mulhousien né en 1965, je me suis intéressé très jeune à la photo. J'ai acheté mon premier réflex 24x36 pour mes 15 ans. En 2000, après avoir arrêté le sport de compétition, je me suis plongé à fond dans la photo. Ensuite j'ai suivi quelques stages en studio lors de la Semaine Photo de Riedisheim et dans la foulée je suis devenu  membre du club photo. Après l'achat d'un kit de studio SLS j'ai commencé mes premières séances de prise de vue avec une amie.

J'ai été fortement influencé par le photographe J.F. Jonvelle qui m'a servi d'exemple et également par les conseils judicieux et amicaux de Jean-Christophe Béchet.

En 2008  j'ai remporté le premier prix du concours organisé par Réponses Photo pour le Festival Européen de la photo de Nu en Arles. Les images présentées à Riedisheim ont été tirées par le laboratoire Dupon à cette occasion.

Ma voie photographique est de rendre hommage à la " Beauté Féminine ", d'une manière sobre, avec peu d'accessoires et d'artifices, souvent en N&B.  Maîtriser la lumière est donc un perpétuel challenge pour faire découvrir à mes modèles qu'elles ne sont pas simplement belles mais qu'elles sont avant tout uniques.



Les lauréats du Grand Prix de Riedisheim - "Visions d'Europe"

C'est un coucours organisé en partenariat avec le magazine "Réponses Photo" et "EPSON".  

Ce concours est richement doté puisque les lauréats  
1. sont invités à exposer un portfolio d'au moins 10 images à Riedisheim
2. ils recevront un imprimante haut de gamme de la marque Epson

Voir les prix

Jacques Delplan (Premier Prix)
Dialogue et Amour
La Ruche

" Dialogue et amour " sont pour moi les antidotes de l'exclusion et de la violence, si présents aujourd'hui. Il s'agit du mode de communication le plus ancien, aussi le plus fondamental, depuis les temps immémoriaux de la mythique Babel. En effet c'est lui qui construit le monde dans lequel nous vivons.
L'objectif réel est de nous apprendre à respecter l'autre, à briser la solitude, à cohabiter de manière constructive et pacifique dans un monde de plus en plus multiethnique, multigénérationel et multiculturel. Le tout en développant ce sentiment d'appartenance à une seule collectivité, celle des êtres humains - tous semblables et pourtant si différents.
" Dialogue et Amour " sont des outils de prévention qui permettent d'éviter les conflits et qui favorisent le respect des Droits de l'Homme, de la Démocratie et surtout de la Vie.

Mes prises de vue ont été réalisées dans cette optique. J'ai travaillé dans différents milieux, aussi bien en France qu'en Belgique, le plus souvent dans la rue.



Anthony Ceccarelli (Deuxième Prix)
Engrammes
La Ruche


Engrammes est un travail photographique à la chambre 8x10 et 4x5 sur les lieux de mémoire de la Shoa en Europe. J'ai commencé ce projet il y a plus de deux ans maintenant et il est toujours en cours de réalisation. Mon objectif est de visiter l'ensemble des pays concernés par ce drame. Je m'intéresse particulièrement aux différentes manifestations commémoratives, sous la forme d'un parcours, reflet de mon propre cheminement. La mémoire est en constante évolution et mon travail est en fait un questionnement sur la représentation du souvenir et de l'oubli.

Mon souhait est de permettre une lecture différente de ces lieux, macabres et ravivant de tristes souvenirs aux déportés. Mais ce furent également des lieux de vie, pour un temps. Endroits spirituels aussi puisque trop nombreux furent ceux qui y périrent.

N'y aurait-il pas, même dans ces lieux oubliés, quelque chose d'impalpable, de caché et de mystérieux, qui pourrait activer en nous un engramme pour nous permettre d'accéder à une mémoire vraie ?.

Plus sur anthonyceccarelli.free.fr



Philippe Vandenbroeck (Troisième Prix)
Capitales Panoramiques
La Ruche


Au cours des dernières années j'ai voyagé à travers une grande partie de l'Union Européenne en expansion, avec une caméra panoramique russe (Horizon 220), capturant les différents modes d'expression des capitales des états membres, qu'ils soient méditatifs, monumentaux ou même mystérieux.

Le parcours s'est déroulé de façon improvisée et j'ai été tout au long du chemin ouvert à la découverte. J'ai surtout été reconnaissant de pouvoir voyager si librement - insouciant presque - aux confins de l'Union. Avec les accords de Schengen, les compagnies d'aviation low coast et l'union monétaire, voyager est devenu une sinécure comparé à seulement quelques années.

Mes images représentent différentes parties de l'Europe. L'ambiance évoquée décrit la solitude et l'étonnement, avec pour arrière-plans souvent splendides le décor que nous offrent nos capitales.



Charles Hieronimus
Culinaire
La Ruche


Vision personnelle sur l'Europe et ses habitants, il s'agit en fait d'un clin d'œil aux différents clichés alimentaires que nous avons en tête sur nos voisins. Car bien sûr :

" Les Allemands font la fête en buvant de la bière ".
" Les Anglais ne boivent que du thé et ils cuisinent à la gelée verte ".
" Les Belges ne mangent bien sûr que des frittes avec plein de mayonnaise ".
" Les Français n'adorent que le pain, le vin… et le fromage ".
" Les Grecs ne connaissent que les brochettes de scampi ".
" Les Hollandais mangent du Gouda en cultivant leurs tulipes ".
" Les Italiens sont uniquement pâtes et rien que ça ! "
" Les Portugais boivent tous du Porto et sont fiers de leur équipe de foot ".
" Les Russes boivent de la vodka glacée au sauna ou dans la neige ".
" Quant aux Suisses, leurs montagnes sont en chocolat ".

Chaque pays est également représenté par les couleurs de son drapeau.


Viviane Joakim
Aller - Retour
Le Couvent


C'est l'histoire d'une rencontre, au printemps 2008.

Une rencontre belle et intense qui, au cœur de l'été, nous a donné l'envie de partir à deux, de prendre la route vers le soleil.

Des milliers de kilomètres dans cette intimité si particulière que crée un long voyage côte à côte…

Et puis se fut la descente vers le sud au travers de la Belgique, de l'Allemagne, de l'Autriche… Puis surgit la côte adriatique avec l'Italie, la Slovénie, la Croatie. Quel bonheur que de découvrir la magie d'une nature qui se faisait de plus en plus câline, se transformant presqu'en alcôve. J'étais attirée par l'intimité des couples d'amoureux que je croisais et que je photographiais. Ils étaient si attendrissants.

Mais un beau jour il fallut repartir vers le nord. Un parfum de fin s'installait.

Le 15 août, au glacier du Grossglockner, les premières neiges tombèrent. Ma dernière photo n'en fut que plus mélancolique. Arrivée chez moi tard dans la nuit et les valises déposées dans l'entrée de ma maison, je compris que nos chemins se séparaient.


Jean-Guy Lathuilière
Europa orientalis
Le Couvent


Ces photos font partie d'un carnet de voyage.

Elles ont été prises dans une certaine Europe, celle où j'aime à me perdre, l'Europe des Balkans, les Etats Baltes ou la Russie. La démarche que j'ai suivie pour ce travail illustré est liée à une attitude de contemplation et de disponibilité totale.

Il me paraît primordial, en photographie, d'évoquer avant tout le temps qui passe, non seulement pour une stricte et froide chronologie historique narrative, mais surtout pour l'appréciation de la durée. Oui, car l'œil s'arrête alors, le regard se pose un instant et l'image naît de cette rencontre fugace et fortuite.


Marion Venant
La classe
Le Couvent


Professeur d'Histoire et de Géographie de 28 ans dans un petit collège rural niché dans le creux de la vallée du Lot-et-Garonne, j'enseigne l'Europe de la Sixième à la Troisième.

Et pourtant, l'Europe pour moi, ce n'est pas celle qu'on étudie dans les manuels, mais celle que l'on construit ensemble lorsque je me pose parmi eux sur le bord d'une table et qu'on discute de ce qu'il y a d'écrit entre les lignes de ces mêmes manuels. L'Europe n'est pas assise derrière un bureau magistral mais devant moi, de l'autre côté de la frontière. L'Europe, ce sont ces jeunes de toute origine que j'ai en face de moi tous les jours. Que représente-t-elle pour eux ? A-t-elle un sens ? Quelle Europe veulent-ils pour demain ?

Mes photos expriment leurs souhaits mais surtout leurs interrogations.


Voir son site www.marion-venant.fr



Dominique Secher
Les Romanes
Le Couvent


Le cirque Romanès a planté son chapiteau dans Paris. Il est un lieu symbolique où se poursuit la tradition du spectacle, chère aux gens du voyage.

Cette série de photos restitue l'ambiance authentique du monde tzigane qui parcourt l'Europe au son des chants et des violons.

La musique sans cesse accompagne et exalte les acrobates ; elle ponctue et enveloppe ces artisans du spectacle. Sous le chapiteau elle est reine.

Ainsi, niché en plein Paris - au fond d'un terrain vague,  Alexandre, Délia et toute leur smala, continuent la tradition du cirque et nous montrent que les frontières n'existent pas.



Christian Bettinger
La Passerelle
Centre Culturel

Christian Bettinger pratique la photographie depuis 30 ans. Il débute à l'âge de 14 ans. Il démarre professionnellement en tant que pigiste au journal L'Alsace et aux Dernières Nouvelles d'Alsace (DNA).

Actuellement il est photographe à Bâle, spécialisé dans les portraits, le reportage (people, mariages, grands chantiers). Il photographie également les intérieurs d'avion ; les stands de foire pour Photo Basilisk (photographe officiel de la Foire de Bâle).

Passionné de photographie panoramique depuis 2001,  il se lance à la même époque dans l'aventure numérique. Plutôt fan du noir et blanc, il préfère tirer ses images lui-même. Mais aujourd'hui l'ordinateur a remplacé le labo !

Christian Bettinger a de nombreuses expositions à son actif, dont celle consacrée à la Passerelle des Trois Frontières à Saint-Louis en 2007. Il a également publié un livre dédié au format panoramique en collaboration avec l'Imprimerie de Saint-Louis.


http://www.bettingerpictures.com/passerellepres.htm


--> Cette exposition est parrainée par Imprimerie de St-Louis



 

Les projets spéciaux

Inclassables ces projets le sont par leur nature, leurs intervenant ou leur objet.

La photographie faite par ... les aveugles
"Mes images ne seront jamais les vôtres"  M. Tomasini
Centre Culturel

Des photographes aveugles ou malvoyants nous livrent leur visions. Ils photographient avec tous leurs sens et nous étonnent avec des résultats forts en émotions. Une exposition à voir absolument.


Photographier signifie " écrire avec la lumière ". Pour ceux qui la voient très peu ou pas du tout, photographier c'est écrire avec le rêve ou avec l'imagination.

Cinq malvoyants ont accepté cet exercice malaisé.

  • Genevière Reinbold

  • Nicolas Stoelben

  • Mireille Tomasini

  • Victorien Candele


Aidés par des accompagnateurs, ils ont - malgré le handicap - affirmé chacun une véritable personnalité qui se lit aisément dans leurs images.

Le soleil y est présent plus que dans les photographies usuelles, car c'est lui qui est la source de ce que nous voyons. C'est donc vers lui qu'ils se tournent pour discerner vaguement, dans le contre-jour que produit chaque irruption entre lui et eux, les gens ou les objets. Mais pour le malvoyant d'autres sens sont en éveil, qui essaient de compenser l'œil.

On les croirait prisonniers des ténèbres, alors qu'ils " ressentent " la lumière par tout leur être. Photographier reste donc pour chacun d'entre eux un exercice inhabituel où ils nous entraînent pour une lecture que nous pouvons tous partager ensemble.


Parce que je m'y "vois"
N. Stoelben

Regio Photo
Exposition itinérante
Sainte Afre

Idéalement située aux trois frontières (France, Suisse, Allemagne) la Semaine Photo de Riedisheim réalise un partenariat avec deux autres organisateurs de Salons photographiques situées dans la Regio. Il s'agit de Photo Münsingen (Suisse) et de Kirschzarten (Allemagne).

Chacun des partenaires présente 15 images représentatives de ses membres. Cette " collection internationale " circule ainsi dans les trois lieux d'exposition. La première présentation se fera à Riedisheim, à l'église Sainte Afre. Elle permet de montrer les différences culturelles - pas si grandes après tout - d'une région sise au cœur de l'Europe.

Cette démarche se propose de démontrer que les photographes font fi des frontières et qu'ils sont les véritables témoins de l'Europe en marche.


Les jeunes photographes du collège Gambetta de Riedisheim
Toute la créativité
Collège Gambetta - Salle Polyvalente


Plusieurs groupes de collégiens volontaires et passionnés vous font découvrir leur parcours d'exploration de la photo numérique. Sur des thèmes de leur choix, ils laissent libre cours à une imagination débordante.
Pour eux, c'est devenu une manière nouvelle de travailler et d'aborder différents univers surprenants sous la conduite de leurs professeurs, ou en libre découverte. Une sélection de ces travaux vous permettra de vous rendre compte de la richesse et de l'originalité de ces nouveaux modes d'expression et de documentation.

Ils se réjouissent de pouvoir vous montrer ce qu'ils savent faire et de se comparer aux "grands photographes " !



Le Lycée de Rouffach
L'Europe c'est du bleu avec 12 étoiles
Collège Gambetta


Club photo du LEGTA  Rouffach

Le Club photo est fréquenté par 8 élèves volontaires : Catherine H., Joanne F., Noémie S., Noémie B., Marjolaine J., Anaïs B., Julien M. et Samuel N.
Issus de  diverses classes, ils participent  durant leur temps libre, aux activités du mercredi après-midi. Leur motivation principale : savoir manipuler un appareil photo… car la photo c'est leur passion …

Ce club est animé et encadré par Sabine Ducastel, enseignante ESC au lycée agricole et Christophe Meyer, photographe professionnel.
Chaque élève participe aux cours avec son propre matériel ou celui d'un parent. Après avoir étudié le fonctionnement de l'appareil, les élèves sont passés à la prise de vues en extérieur ou intérieur. Ils ont également eu la possibilité de réaliser des travaux, à la maison (portraits de famille, animaux …). En cours les images sont reprises, analysées, s'en suit un débat autour de la technique mais surtout de l'approche du sujet.

En mars 2008 le groupe est allé étudier les œuvres exposées lors de la semaine photo de Riedisheim. Les élèves ont été surpris par la qualité des photos présentées par des amateurs. Ils ont eu la chance de rencontrer les organisateurs (autour du verre de l'amitié) qui les ont invités à exposer leurs travaux lors de la semaine photo en mars 2009 avec l'Europe pour thème principal.
Les élèves n'ayant jamais fait d'images sur ce sujet, ont osé relever le défi grâce au soutien et aux encouragements de Christophe.

À partir de rien comment représenter l'Europe ? …
L'Europe c'est du bleu avec 12 étoiles ...
L'Europe c'est aussi une identité propre unique …
Qui résulte de plusieurs identités très différentes …

Le travail photographique a réellement démarré avec l'aide d'un drapeau européen. Cependant, les élèves ont eu du mal à entrer dans le sujet… car ce n'est pas concret… c'est un ressenti, abstrait… pas un objet réel, définissable en tant que tel. Depuis la rentrée 2008, les élèves s'investissent pleinement.
Suite à une proposition de Christophe, les photos sont présentées en noir et blanc avec une mise en couleur du détail qui représente l'Europe. Cette démarche a permis aux élèves de s'initier à un logiciel de traitement de l'image (ex : Photoshop, …)


Les élèves, photographes débutants, sont heureux d'avoir pu réaliser ce projet !

Sabine Ducastel, professeur
Christophe Meyer, photographe





La plus belle Photo de Mamie
Concours ouvert à tous
Centre Culturel


C'est une exposition qui se construira au fur et à mesure des participations à ce concours.
il est ouvert à tous. C'est simple et en plus on peu gagner une imprimante Canon !

  • Vous avez entre 3 et 103 ans

  • Vous avez un téléphone portable, un appareil photo compact un appareil réflex

  • Prenez une mamie, une des vôtres si elle veut, ou alors une qui soit d'accord (autorisation nécessaire et disponible ici au format word ou pdf)

  • Faites une photo
  • Passez au stand, nous prenons en charge l'impression au format 10x15
  • La photo est exposée le temps du salon
  • Le dimanche 29 un jury désignera l'image la plus réussie


Les critères ? Tendresse, humour, originalité.

Cette animation est parrainée par







Le prix des pixelistes

Jérôme Pruniaux
Libellules : l'émergence
Centre Culturel


Une série de photos de libellules mélangeant vision documentaire et artistique. Jérôme Pruniaux est membre d'un collectif de photographes et traite de nombreux sujets


David Roussel
Couleurs Industrielles
Centre Culturel

Des jeux de couleurs et traces sur des lieux industriels désaffectés. Ces endroits si tristes de l'extérieur reprennent vie à traves certaines scènes.


Jacques Chabre
Paris en dix
Centre Culturel


Quelques photos plus ou moins "customisées" des monuments parmi les plus connus pour présenter Paris à différentes heures et saisons ...


 
Retourner au contenu | Retourner au menu